LEÇONS DE COACHING AGILE

Le langage est important, particulièrement lorsque chacun est impliqué par des changements pilotés par l’autorité.Les “transformations” Agile ne font pas exception.

Les niveaux d’accords sont également très importants. Sans accords, rien de bon ne peut arriver. Donc, démarrez votre coaching en testant la volonté de(s) équipe(s) et de l’organisation élargie pour conclure certains accords. Les accords sont des engagements.

Et ce n’est pas une mince affaire, je vous l’assure.

Donc voilà ce que je vous invite à faire. Commencez par présenter et expliquer le Manifeste Agile. Utilisez votre imagination. Particulièrement sur les principes 4 et 12.

Une fois que les participants ont été formés, demandez-leur de s’accorder, disons pour les N prochains mois (avec un N raisonnable, par exemple six), sur le fait que CETTE CHOSE qu’est le Manifeste Agile est la définition de l’Agile, que lorsque nous discutons de “l’Agile”, nous discutons de “cette chose”, que la définition du mot Agile lorsque nous l’utilisons…. C’EST le Manifeste Agile, que lorsque nous disons “Agile”, C’EST ce que nous voulons dire, ces 4 valeurs et ces 12 principes.

C’est exactement la même chose avec le mot “Scrum” et l’utilisation du Guide Scrum en tant que définition de “Scrum”.

En tant que Coach, vous apprendrez rapidement que :

  • il y a énormément de confusion dans l’organisation sur ces termes fondamentaux ;
  • il y a peu ou un certain nombre de personnes dans l’organisation qui soient réellement disposées à réellement accepter ces termes ;
  • il y a peu de volonté de réellement mettre correctement en oeuvre l’Agile ou Scrum ;
  • il y a des personnes “pour” et d’autres “contre”, qui soutiennent, qui résistent ; c’est très simple.

Lorsque vous coachez, expliquez bien que ces définitions sont “temporaires” et “juste pour maintenant”. En le faisant, vous diminuez le nombre d’objections en étant raisonnable, sympa, un bon formateur, un bon leader, une personne raisonnable ; ça ne DURERA pas. Juste pour maintenant, utilisez ces définitions. “Acceptons-les”.

Si une personne est en désaccord et ne peut absolument pas en être, demandez-lui ce qui doit changer (ce qui doit être VRAI et qui n’est pas encore VRAI) pour qu’elle puisse en être. Demandez-lui ce qu’il faut mettre en place pour qu’elle en soit. Mettez-le en place. Et intégrez-la dans le dispositif.

Maintenant que tout le monde est impliqué, que tout le monde est d’accord sur ces deux définitions, vous avez vraiment réalisé quelque chose de formidable :

  • il existe un accord partagé, et tout le monde est co-responsable de cet accord ;
  • vous parlez maintenant avec beaucoup plus de clarté lorsque vous prononcez les mots “Agile” et “Scrum” ;
  • vous avez mis l’entière organisation dans des conditions qui lui permettent d’être beaucoup plus claire sur ce qu’on dit d’elle ;
  • vous les avez aidé à trouver un accord SUR CE QUI EST VRAIMENT TRÈS IMPORTANT pour réussir avec l’Agile ;
  • vous avez agrandi “l’espace des possibles” pour la transformation de cette organisation.

Ensuite vous pouvez passer à l’étape suivante en ajoutant un grain de folie, en les invitant à jouer à un jeu.

Un jeu vraiment sérieux. un jeu auquel tout le monde peut gagner ensemble. Un jeu de coopération.

(<– Leçon précédente) (Table des matières) (Leçon suivante –>)


Auteur : Daniel Mezick
Source : Definitions Are Agreements
Date de parution originale : 07 Juin 2017


Traducteur : Prénom_Nom
Date de traduction : 17/06/2017


Licence Creative Commons
Ce(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.