La stand-up quotidien peut être l’une des pratiques agiles les plus faciles ou les plus difficiles à faire correctement. Le but initial, lorsque l’on introduit le stand-up quotidien (connu également sous le nom de mêlée quotidienne ou de rassemblement) est d’amener les gens à faire part brièvement de leur avancée. L’accent devrait être mis particulièrement sur :

  • Qu’est ce que j’ai fait hier (ou depuis la dernière rencontre de l’équipe) ?
  • Qu’est ce que je vais faire aujourd’hui (ou d’ici la prochaine rencontre de l’équipe) ?
  • Quels obstacles ai-je découvert ?

C’est un défi à relever quand l’expression de la réponse à ces trois questions est trop vague (par exemple, hier j’ai travaillé sur la même user story) ou trop détaillée. Une quantité suffisante de détails devrait être partagée pour être certain que les personnes comprennent le sujet sur lequel on a travaillé (par exemple, hier j’ai travaillé sur l’ouverture du port pour permettre l’établissement des communications) ou sur lequel on va travailler (par exemple, aujourd’hui, je vais travailler sur la mise en place du protocole asynchrone et je vais mettre en place un test de transfert de paquets sur ce nouveau port). Au début, il est conseillé de limiter le temps de parole à 1 mn pour éviter que le stand-up dure trop longtemps.

Stand-up

Une part de l’adoption initiale du stand-up quotidien par l’équipe est de faire en sorte que la parole passe naturellement d’une personne à une autre. C’est un défi à relever quand les membres de l’équipe attendent que le scrum master leur indique quand vient leurs tours de parler. À la place, réfléchissez à une approche à tour de rôle, dans laquelle vous identifierez un ordre de prise de parole au sein de l’équipe. Cela peut être par ordre alphabétique du nom de famille ou par un tour de table virtuelle pour chacun des sites. Une autre technique utile est de faire en sorte que chaque personne se présente par son prénom (par exemple, je m’appelle Mario…) et finisse par un mot ou une phrase clé telle que “Merci” ou “J’en ai fini”, afin que la personne suivante sache que c’est à son tour de prendre la parole. Cela est particulièrement utile dans le cadre d’une équipe distribuée.

Un autre défi à relever survient lorsque trop de membres de l’équipe rendent compte directement au scrum master. Les membres de l’équipe devraient communiquer les uns avec les autres et éviter de rendre compte directement au scrum master afin de permettre aux autres membres de l’équipe d’être au courant de ce que chacun fait et de promouvoir la communication au sein de l’équipe.

Une fois que l’équipe a bien appréhendé le stand-up quotidien, il peut être utile de faire évoluer le processus via la rétrospective. Cela permet à l’équipe de réfléchir sur le stand-up quotidien et de déterminer s’il satisfait à ses besoins. Par exemple, vous pourriez vouloir parler des stories présentes dans le sprint backlog dans leur ordre de priorité et donc de demander à ceux qui travaillent sur les travaux ayant la priorité la plus haute d’en parler brièvement. Le bénéfice est que l’équipe peut être mise au courant plus rapidement si des travaux ayant la priorité la plus haute sont en cours de réalisation. Parce que la tournure d’esprit de l’agilité se concentre d’abord sur les travaux ayant la priorité la plus haute, cela permet un partage d’informations sur l’avancée des travaux d’être concentré avant tout sur les travaux les plus prioritaires et sur le reste ensuite. Cela donne également plus de visibilité notamment quand les stories les plus prioritaires ne sont pas en cours de réalisation alors que d’autres le sont. Cela peut vous aider à récupérer des ressources pour des travaux prioritaires qui ne sont pas encore terminés.

La clé du succès est d’adopter, de réfléchir et d’adapter. Je vous souhaite bonne chance dans votre aventure du stand-up quotidien. Et vous, comment menez vous votre stand-up quotidien et l’avez fait évoluer avec le temps ? Si oui, de quelles manières l’avez vous fait évoluer ?


Auteur : Mario Moreira
Source : Daily Stand-up Starter Kit
Date de parution originale : 28 Août 2011


Traducteur : Nicolas Mereaux
Relecteur : Sylvain Fraïssé
Date de traduction : 25/06/2015


Licence Creative Commons
Ce(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.