Scrum fait beaucoup de bruit autour de la définition de prêt et la définition de fini.

Pour la phase en cours, la définition de prêt correspond à la définition de fini de la phase précédente. De la même manière, la définition de fini de la phase en cours correspond à la définition de prêt pour la prochaine. Ce sont les deux côtés d’une même membrane.

Alors, pourquoi ne pas simplifier et parler de la membrane uniquement ?

Prêt et Fini forme un dispositif d’attelage entre les différentes phases. À l’intérieure d’une phase, si vous regardez la phase précédente avec son dispositif d’attelage, vous voyez un élément pour vous Prêt à être récupérer et traiter. Vous y ajoutez alors votre valeur, quelle qu’elle soit, et vous faites évoluer cet élément et le développer jusqu’au statut Fini afin qu’il soit Prêt pour la prochaine phase.

La membrane unidirectionnelle entre deux phases adjacentes agit comme un filtre qualité.

Les filtres qualité de la membrane se cumulent - ils s’additionnent au fur et à mesure de l’avancement du développement. Ainsi, à partir de n’importe quel point de son évolution, les produits seront le résultat de la somme de tous les filtres qualité précédents. Exactement de la même manière que les poupées russes, où les poupées les plus grandes transcendent et incluent les poupées précédentes.

Dans cette chaîne de l’évolution, chaque cellule de valeur ajoutée a ses propres valeurs, principes, talents, gouvernance, rythme, vélocité, règles, rituels, conventions de travails, besoins et désirs. La cellule connaît la meilleure manière de diviser l’afflux de travail et de le transformer en des éléments de valeur, livrables et utiles pour la prochaine phase.

La cellule elle-même excelle en Autonomie, Maîtrise, et Détermination - elle est AMD, si vous préférez ; elle sublime (le travail - NdT) en ajoutant de la valeur. Elle a besoin uniquement d’être nourrie par un flux continu de nouveaux défis excitants correspondant à ses talents et elle peut passer par la membrane qualité, d’un côté ou de l’autre.

Étant donné que chaque cellule est autonome et qu’elle a sa propre capacité de production, il y a de fortes chances qu’elle puisse absorber plus de travail que la cellule précédente peut en produire, siphonnant ainsi le backlog. Elle peut aussi produire plus que la capacité d’absorption de la cellule suivante sur la ligne (de production - NdT), créant un réservoir, potentiellement gigantesque, qui peut bloquer tout le système.

Aussi, un soin particulier doit être pris pour concevoir et régler ces éléments afin que leurs impédances soient rapprochés. Des circuits de retours d’informations, courts et longs, une capacité variable de la zone tampon, permettent de garder les backlogs sous contrôle. Un conception minutieuse, un réglage ici et là, permettent d’éviter que le système devienne instable, créant une machine lean de production de valeur, verte, et tournant sans à-coups.

DEDS - Des membranes qualité médiocres vous permettent d’alimenter une cellule en détritus. La cellule essayera joyeusement d’ajouter de la valeur à ces détritus. Toutefois, travailler avec des détritus embrouille la cellule et la ralentie. Incertaine à propos de ce qu’elle doit faire, mais néanmoins engagée à le faire, elle créée encore plus de détritus. Si plusieurs membranes dans le système sont aussi de médiocres qualités, et avec les circuits de retours d’informations appropriés, le système entrera dans une spirale infernale de détritus à l’entrée, détritus à la sortie.

QEQS - Heureusement pour vous, l’inverse existe également. La qualité nourrie la qualité, créant une spirale vertueuse de création continue de qualité. Qualité à l’entrée, qualité à la sortie. Aussi, vous devriez vérifier que les membranes soient elles-mêmes de qualité supérieure.

À la base, il est important que vous ayez une membrane qualité, et non qu’elle soit (là simplement - NdT). Au fur et à mesure que la chaîne de l’évolution devient mature, s’améliorant de plus en plus, tous les filtres de membranes qualité se resserent, améliorant d’autant plus la qualité. Et c’est bien cela dont il s’agit, les membranes qualité évoluent elles-mêmes aussi.

Toutefois, parler des membranes peut éluder le redoutable transfert. Alors, comment éliminer ces membranes complètement ? Connectons simplement n’importe quel duo d’AMD avec un flux et mettons un panneau à côté du flux indiquant sa qualité.

Que vous pensez vous de :

  • Prêt à faire un poker,
  • Prêt à développer,
  • Prêt à construire,
  • Prêt à tester,
  • Prêt à accepter, et
  • Prêt à livrer.

Alors laissons donc tomber complètement la ‘définition de fini’.


Auteur : Martien Van Steenbergen
Source : Ready equals done
Date de parution originale : 02 Avril 2011


Traducteur : Nicolas Mereaux
Date de traduction : 11/02/2015


Licence Creative Commons
Ce(tte) traduction est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.