Le texte qui suit a été inspiré par le Tao Tö King (Dao De Jing).

Je préparais la formation d’une nouvelle équipe agile et je voulais une version simple des règles de Scrum. Je commençais avec le guide Scrum que je résumais en 15 règles de bases et 53 sous-règles. Dans un format pseudo-taoïste, les règles de bases sont en quelque sorte une version Ri (expert ou maître) de Scrum. Cet article présente dans cette troisième et dernière incarnation l’ensemble de ces 15 règles (reportez-vous à la fin de l’article pour consulter le 3ème ensemble de règles inédites jusqu’à présent).

Le Tao profond

La Voie est Transparente. La Voie devrait être Inspectée. Ce qui est Inspecté
devrait être Adapté.

À la base de Scrum est la transparence : pour les personnes payant pour le développement, pour l’encadrement, pour les clients et les utilisateurs, pour l’équipe elle-même. Bien sûr, ça semble bien sur le papier, mais en fait les personnes détestent souvent ça. Il est difficile d’abandonner les vieilles façons de faire, de dévoiler nos confortables habitudes. Donc, nous ne voulons pas toujours profiter pleinement de la transparence. Nous voulons la transparence pour certaines choses, mais pas pour d’autres.

Alors, étant donné que nous avons la transparence, nous sommes maintenant en position pour inspecter ce qu’il se passe vraiment. Est-ce que notre plan a fonctionné ? Est-ce que le changement, pour des stories plus détaillées, a fait réellement la différence ? Avons-nous été capable d’avoir une assurance qualité plus impliquée pendant ce sprint ?

Finalement, quand nous voyons les résultats clairement, il nous incombe de faire les changements, d’adapter. Si l’assurance qualité ne s’est pas impliquée pendant ce sprint plus que nous ne l’aurions souhaité, que s’est-il passé ? Comment avons-nous échoué ? Que pouvons-nous faire différemment ? Un esprit curieux est un esprit ouvert. Dans l’esprit des débutants, il y a beaucoup d’options possibles, dans celui des experts il y en a peu.

Le Tao des Personnes

Le Product Owner décide du 'quoi' de la Voie.

Avec une seule personne qui prend les décisions sur quoi travailler (et pourquoi), les équipes sont capables de s’en éloigner et très vite. Avec l’inspection, chacun voit si ces décisions sur le ‘quoi’ fonctionnent vraiment. Il est probable que le Product Owner aime ou déteste cette disposition. C’est merveilleux d’être le conducteur, si nous savons où nous voulons aller et que nous sommes capables de nous adapter rapidement aux retours d’informations. D’un autre côté, si notre succès est dû à des manoeuvres autour de la responsabilité (des uns et des autres - NdT), ce sera un triste chemin à l’issu duquel nous trouverons probablement l’échec.

L'Équipe décide du 'comment' et de la 'quantité' de la Voie.

En fonction de la direction prise par le Product Owner, l’Équipe décide à la fois de comment accomplir le ‘quoi’ et de combien de temps cela va prendre. Faire autrement faussera la répartition des pouvoirs de manière non pertinente, et ne reflètera pas la réalité précisément. Les équipes ressentent l’intégrité du processus lorsque ce précepte est respecté. Il communique respect et professionnalisme.

Le Scrum Master sert la Voie, et indique aux autres lorsque la Voie a été perdue.

Fondamentalement, le Scrum Master doit servir la Voie elle-même. Pour Scrum, la Voie est incarnée par ses règles et son essence. Quelquefois, le Scrum Master peut être vu comme la voix dans le désert, essayant d’être entendue par-dessus le brouhaha des ‘dates de fins et des démos’. Mais s’il sert avec sincérité la Voie, sa voix finira par être entendue. S’il sert son égo (ou ses objectifs), le Scrum Master échouera, à la fois pour lui et pour l’Équipe. C’est difficile pour le nouveau Scrum Master d’apprendre. Il nous a été inculqué que nous devons être responsable pour les résultats de l’équipe. En fin de compte tenter de le faire compromettra notre allégeance à la Voie de Scrum.

Le Tao des Évènements

Le planning de livraison défini ce que le utilisateurs de la Voie trouverons de 
valeur et à quel moment.

Le Planning de Livraison peut nous rappeler l’ancien temps où l’encadrement nous demandait des dates (et des engagements) que nous ne pouvions donner, ou respecter. Il peut être tentant d’esquiver le Planning de Livraison, tout spécialement pour une nouvelle équipe. Mais avoir une vision vers où nous allons, nous donne confiance, et nous aide à savoir quand nous nous sommes égarés. Il n’est pas uniquement question de dates (même si tout le monde en veut) dans Le Planning de Livraison, il s’agit de séquence et de taille. Il serait plus pertinent que le Planning de Livraison soit fait pendant le premier Sprint, une fois que nous aurons eu l’opportunité d’agir ensemble, et collectivement en tant qu’équipe.

Les Sprints sont la Voie de l'Équipe, et ne varient pas en longueur.

Les Sprints sont les battements de coeur de l’Équipe. Ils donnent le rythme et la structure sur lesquelles les rituels peuvent se tenir, des rituels qu’une équipe a besoin en tant que système humain. Le cycle de Sprint donne un début et une fin, créant un environnement familier, confortable qui nous rappellent où nous sommes, où nous allons, et comment nous pouvons faire mieux la prochaine fois. Avec le temps, le Sprint peut être plus court, mais ne le laissez pas être plus long.

Le Planning de Sprint définit la Voie pour cette semaine, et la prochaine.

Le Planning de Sprint commence le cycle. Il indique que c’est un nouveau jour, que nous pouvons tout faire, ensemble. Il laisse le client métier raconter sa story et l’équipe poser ses questions. Il donne à l’équipe ses ordres de marche, et au Product Owner, un espoir pour un futur immédiat. C’est le rituel central de la communauté du projet, avec la Revue de Sprint. Il devrait être ajusté pour être à l’image de la communauté, avec de la nourriture, de la musique ou n’importe quoi d’autre qui puisse mettre du liant et du baume au coeur.

Le Standup Quotidien aide l'équipe à s'Adapter à la Voie, pour aujourd'hui.

Le standup est le moment où la responsabilité à l’intérieur de l’équipe prend corps. Ceux qui sont embarrassés pour demander assistance resteront bloqués sur la même tâche, jour après jour, tout en déclarant ‘pas de problèmes’. Certains resteront vagues lors de leur déclaration sur ce qu’ils vont faire aujourd’hui, incertains d’eux-mêmes et de leur propre capacité d’assistance. Pour d’autres, le standup est la célébration de comment ils travaillent bien ensemble et du progrès qu’ils ont fait en tant qu’équipe. Si tout le monde n’apprend pas quelque chose pendant le standup, il y a soit un manque d’écoute réel, soit l’équipe agit et parle seulement comme un automate. Peut-être y-a t’il un manque de confiance ?

La Revue de Sprint aide les utilisateurs de la Voie à Inspecter ce qui a été fait
dans cet intervalle de deux semaines.`

Revenons à l’inspection. La Revue de Sprint est l’occasion pour la communauté du projet - avec autant de participants que possible - de se réunir et de voir ce qui a été fait. Un retour d’information réel et sincère est essentiel : le bon, le mauvais et le controversé. Des responsables techniques renâclent quelques fois à venir. C’est une honte. C’est là où le ‘vrai’ travail se fait. Peut-être n’en ont-ils pas entendu parler ?

La Rétrospective aide l'équipe à décider de la Voie à suivre, en Inspectant 
la Voie qui vient de s'achever.

La Revue de Sprint est à la communauté du projet ce que la Rétrospective est à l’équipe : elle est leur processus d’inspection (et d’introspection). Est-ce qu’elle s’est améliorer à ce Sprint ? A t’elle accompli tout ce qu’elle pouvait en tant qu’équipe ? A t’elle pris plaisir et s’est-elle sentie relaxée ? Où est son apogée ? Et comment peut-elle le dépasser ?

Le Tao des Choses

Le Product Backlog est la Voie, ordonnée.

Le Backlog est un jardin qui doit être entretenu et arrosé. Quelques fois nous développons seulement le Backlog nécessaire dont l’équipe aura besoin pour le prochain ou les deux prochains Sprints. Cela peut fonctionner uniquement pendant un temps, mais nous devons planter plus de graines. La réflexion qui créée le Backlog devrait pouvoir continuer son chemin, ou la Voie sera vide de sens. Un Backlog fini est un oxymore : ce n’est pas le but. Plantez plus de graines.

De même, le Backlog peut être relativement remplit, mais non ordonné. C’est comme avoir des mauvaises herbes dans le jardin. Le Backlog doit être nourrit à chaque Sprint par le Product Owner, et par la Communauté de Projet.

Le Sprint Backlog est le 'Comment' de la Voie, pour une période de deux 
semaines.

Le Sprint Backlog est à l’équipe ce que le Product Backlog est à la communauté de projet. Lui aussi, doit être nourrit chaque jour. Avons-nous toutes les tâches ? Gardons-nous la trace de là où nous en sommes ? Est-il facile pour nous de nous perdre dans nos propres tâches et d’oublier la vision d’ensemble, mais ‘voir la globalité’ est ce qui fait de nous une véritable équipe. Si nous ne le voyons pas, le Scrum Master lui le verra.

Le Product Burndown nous montre la Voie du Product Backlog.

Le Product Burndown peut être fastidieux à faire. Qui veut calculer tout ce qui a été fait et ce qu’il reste à faire ? Mais voir la quantité de valeur accomplie, et la quantité d’effort encore nécessaire est ce qui nous permet de rester honnête avec les décisions du métier : S’agit-il toujours du produit ayant le plus de valeur à poursuivre ?

Le Sprint Burdown montre la Voie du Backlog de Sprint.

Le Sprint Burndown peut sembler ennuyant à mettre à jour chaque jour, même inutile, surtout après 12 sprints. Mais le burndown n’est pas que pour l’équipe : il est pour les parties prenantes, faisant confiance patiemment à l’équipe qui est en train de progresser, se mordant les lèvres pour ne pas intervenir, maintenant qu’il leur a été dit qu’ils sont des ‘poulets’. Et essayant de deviner à quoi ressemblera vos burndown au bout de 5 sprints. Que vous disent-ils ? Comment pourriez-vous devenir meilleurs ?

Le Tao des Dénouements

La définition de Fini doit être acceptée par tous ceux qui suivent la Voie.

La décision définissant les règles indiquant quand nous aurons fini - que ce soit une tâche, une story, le Sprint ou même le produit - devrait être prise dès le début, et revue périodiquement. En avons-nous réellement fini avec cette tâche ? Qu’indiquent les tests ? Avons-nous obtenu autant de valeur que voulue, pour l’instant ?

Est-ce qu’il y a des horizons plus importants devant nous ?

Comment pouvons-nous encore nous améliorer ?


Auteur : Michael Spayd
Source : The Tao of Scrum (complete)
Date de parution originale : 08 Avril 2010


Traducteur : Nicolas Mereaux
Date de traduction : 05/06/2015


Licence Creative Commons
Ce(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.