Niveau 0 : faire ce que vous êtes en train de faire, y compris bavarder. Exemple : taper dans un ballon, parler avec quelqu’un

Niveau 1 : Prêter attention à ce que vous êtes en train de faire, y penser. “Je suis en train de taper dans ce ballon, cela me rends heureux de taper dans un ballon, même si ce n’est pas un très bon tir”.

Niveau 2 : discuter de ou réfléchissez à votre sujet de réflexion, discuter ou réfléchissez sur la structure et la signification du sujet de la discussion et de la réflexion.

Je ne pense pas qu’il y ait un niveau 3, parce que l’acte d’accomplir le niveau 2 est soit de niveau 0 soit de niveau 1, l’acte de discuter de ce que vous êtes en train de penser de votre sujet de réflexion est aussi de niveau 2.

Les personnes que je fréquente communiquent essentiellement au niveau 2. Nous faisons tout ce que nous sommes en train de faire, nous y prêtons attention, et (généralement de manière sans rien dire) nous faisons remarquer à chacun la signification du fait que nous et/ou les autres personnes ont ou n’ont pas prêter attention à la structure et à la signification de ce qu’il vient juste de se produire à un niveau 0 ou 1 de communication.

C’est sympa. C’est même sympa (pour une courte période), de fréquenter des personnes agissant la plupart du temps au niveau 0. Avoir une meta-meta-discussion avec quelqu’un au sujet d’une interaction de niveau 0 est intéressante, parce que le niveau 1 en est absent, ainsi que la plus grande partie des référents.

Je pense plus particulièrement à vous, Jonathan House et Ghennipher Weeks (et à une ou deux autres personnes).


Auteur : Alistair Cockburn
Source : Thinking level 2
Date de parution originale : 20 Mars 2015


Traducteur : Nicolas Mereaux
Date de traduction : 31/03/2015


Licence Creative Commons
Ce(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.