LEÇONS DE COACHING AGILE

Le facilitateur est un serviteur, toujours au service de la personne ou du groupe qui l’y autorise. Lorsque vous êtes au service du groupe, il est essentiel que vous leur fassiez comprendre clairement pour qui vous travaillez, avant de commencer à faciliter une réunion.

Vous devez être explicite sur l’origine réelle de votre autorisation à faciliter. Annoncez qui est l’Organisateur réel (le “meeting owner”), vous aide à faire votre travail, parce que les personnes comprennent qui (et ce que) vous servez. Elles comprennent votre rôle.

Une fois que vous avez clarifié votre rôle et tout ce qui concerne les autorisations, vous pouvez continuer. Vous apportez vos outils à la facilitation : votre expérience, un jeu de marqueurs bien baveux, les paperboards, et toutes les autres choses dont vous avez besoin.

Vous apportez aussi votre corps.

Votre corps est toujours positionné quelque part dans la salle, et il est soit assis soit debout. Quelque part. Et, il se trouve dans une posture. Il est également habillé (sans doute).

Que vous vous souciez d’en prendre conscience ou non, vous êtes continuellement en train d’envoyer des signaux avec votre corps, qui inclut votre visage. Et vos postures.

Lorsque vous facilitez des réunions, soyez conscient de vos postures. Cela inclut (étrangement) certains petits détails, comme qui, ou ce que, vous regardez.

Tout le temps.

Pour être efficace en facilitation, prêtez attention aux effets subtils que vont avoir vos postures, positions et gestes sur le groupe entier.

Voici quelques pistes de réflexion…

… les formes & actions suivantes expriment une autorité naturelle :

  • Se tenir debout quand les autres sont assis
  • Documenter ce qui se passe (tableau blanc, paperboard ou post-its)
  • Pointer votre doigt
  • S’asseoir ou se tenir debout au fond de la salle, face à la porte
  • Être habillé légèrement mieux que le code d’habillement à l’oeuvre dans la salle.

… Soyez donc très prudent sur la façon dont vous utilisez ce non-verbal. Faites attention au fait que cela peut exprimer une autorité naturelle. Evitez-le si vous souhaitez “en arrière plan” Utilisez-le si vous souhaitez “être au premier plan”. Pendant toute la durée d’une réunion type, vous oscillez généralement entre ces deux postures extrêmes.

Lorsque vous utilisez ces postures, vous projetez une autorité. Lorsque vous vous abstenez d’utiliser ces formes non-verbales, vous vous abstenez de projeter cette autorité. Essayez de vous libérer des deux.

Vous irez beaucoup plus loin en tirant parti de votre non-verbal.

Mais d’abord, avant d’aller plus loin avec ce non-verbal, il est important de s’assurer que les personnes dans la salle sont complètement à l’aise avec votre façon de vous déplacer.

Vous voulez être en mesure de vous déplacer naturellement pour pouvoir utiliser le positionnement (plus tard) avec un effet maximum. Et donc mon conseil est de vous déplacer régulièrement, dès le début, de sorte que les personnes s’y habituent. Si vous travaillez avec une équipe, habituez-la à vos déplacements. Au bout d’un certain temps, ils s’y seront habitués et “n’y penseront plus”. Par la suite, vous pourrez tirer le meilleur parti de ce mouvement de liberté, au service du processus de groupe.

Voici quelques exemples.

Disons que le groupe a commencé à discuter de quelque chose. Et qu’une personne commence à dire quelque chose de précis, que vous reconnaissez rapidement comme étant réellement une clé pour aider le groupe. En vous positionnant simplement derrière eux (idéalement un peu à droite), vous envoyez un signal non verbal de soutien pour (et par delà, vous autorisez) cette conversation. Ici, la théorie est que les gens utilisent des signaux et des signes pour donner du sens aux choses. Pour fabriquer du sens.

Voici un autre exemple. Si un membre du groupe est en plein milieu d’un “monologue sans fin” pendant que les autres roulent des yeux, utilisez votre corps pour déplacer la discussion d’une manière subtile. Il suffit de vous déplacer dans l’espace autour de l’orateur et s’il ne ralentit pas, progressez finalement dans son espace personnel par petits pas jusqu’à ce qu’il le fasse.

Une fois que vous devenez conscient que les personnes attribuent un sens à votre non-verbal, et que vous pouvez utiliser votre corps comme un outil de facilitation, vous pouvez expérimenter l’utilisation de votre corps pour devenir un facilitateur d’une efficacité redoutable.

Le facilitateur est un serviteur, quelqu’un qui sert toujours la personnes ou le groupe qui l’y a autorisé.

(<– Leçon précédente) (Table des matières) (Leçon suivante –>)


Auteur : Daniel Mezick
Source : Use Your Body When Facilitating
Date de parution originale : 13 Février 2015


Traducteur : Fabrice Aimetti
Date de traduction : 19/02/2015


Licence Creative Commons
Ce(tte) oeuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.